La prise de Goma et la prolifération de négociations

Comment les profondes divisions de la politique Congolaise ont permis aux rebelles du M23 de prendre Goma si rapidement. English.

C’est en Avril 2012 que certains militaires de FARDC avaient fait défection au sein de l’armée précisément au Nord et au Sud-Kivu. Ces militaires en défection étaient composés la majorité par des congolais d’origine rwandaise fidèles au général Bosco NTAGANDA recherché par la Cour Pénale Internationale « CPI » en sigle. Le gouvernement congolais avait lancé une offensive contre ces mutins et ces derniers avaient résisté et avaient pris le contrôle du territoire de Rutshuru qu’ils ont contrôlé pendant plus de six mois.

La grande question que beaucoup de gens et de congolais se posent est celle de savoir comment Goma a vite tombé aux mains des rebelles et sans aucun affrontement pour tenter d’empêcher les rebelles de s’en emparer ? A vrai dire, le M23 n’a pas de militaires capables  et nombreux de faire tomber une ville aussi grande et stratégique comme celle de Goma, mais c’est la coalition Ougando-rwandaise et leur esprit expansionniste qui avaient fait à ce que cette ville tombe. Les rebelles du M23 ne sont que des vraies marionnettes des Ougandais et des Rwandais.

A la question de savoir pourquoi cette ville est tombée entre les mains des rebelles, les militaires FARDC se sont retirés de la ville sans pour autant opposer une résistance aux rebelles du M23. Interrogeant à ce sujet le porte-parole militaire de la 8e Région militaire  le colonel Olivier AMULI avait dit que les militaires FARDC s’étaient retirés de la ville pour épargner le bain du sang de la population civile. Mais actuellement, ce même porte-parole militaire dit qu’ils vont encore lancer une offensive pour récupérer la ville de Goma. On se pose la question de savoir quel dispositif il préconise pour protéger les civils.

Beaucoup de militaires FARDC sont morts au cours de ces affrontements et 80 d’entre eux blessés et abandonnés à l’hôpital militaire de Goma sans soins ni suivi car tous les militaires même leurs infirmiers avaient fui le combat.

Une autre raison de la chute de cette ville est que l’armée congolaise est infiltrée par des étrangers à 65% surtout par le processus que le gouvernement congolais avait entrepris après les accords de paix de Goma en 2009, lesquels accords signés entre le général Laurent NKUNDA, l’ancien patron du CNDP et le gouvernement congolais. D’autres groupes armés comme les Mai-mai KIRIKICHO, KAPOPO, SIMBA, YAKOTUMBA, RAIA MUTOMBOKI, NYATURA, etc. avaient aussi signé ces accords.

Ce fameux processus appelé tantôt intégration, mixage et brassage a déversé au sein des FARDC tous les criminels et les violeurs et cela est à la base des malheurs des congolais car tous les seigneurs de guerre étaient récompensés par des grades et des fonctions, c’est pourquoi il y a plus des officiers militaires au Congo que des soldats de rang appelés caporaux. Ces colonels, majors, capitaines et sous-lieutenants sont sans aucune formation militaire ni idéologique ; ils sont la majorité des illettrés élevés au rang des officiers parce que petit-frères ou cousins de tel officier ou encore il appartient dans la tribu du général chargé de mixage, brassage ou intégration.

Donc on devient officier parce qu’on a tiré sur les civils ou on a violé une femme. Voilà que les FARDC étaient saturées par tous ces criminels et violeurs de tout bord.

Pourquoi les rebelles du M23 parviennent à recruter

La question sur l’occupation de Goma par les rebelles du M23 et leur menace de continuer la guerre est beaucoup controversée du fait que certaines personnes disent que : « la  République Démocratique du Congo  est trahie par   ses propres filles et fils », beaucoup de personnalités politiques congolais tant de la majorité présidentielle que  de l’opposition  se rallient derrière  les rebelles du M23  pour faire la guerre  au Gouvernement Congolais.

Lors de la composition du Gouvernement du Premier Ministre Augustin MATATA MPONYO certaines personnalités politiques élues comme des Députés Nationaux  à l’Est de la RD Congo n’ont  pas eu de postes ministériels. Mécontents de cette décision, ils ont préféré rejoindre les rebelles du M23 pour faire tomber le gouvernement et auront comme récompense des postes ministériels car en RD Congo il suffit de passer trois mois à un poste ministériel et l’on devient riche, capable d’acheter même des villas en Europe ou ailleurs dans le monde. La plupart des enfants des ministres congolais étudient en Amérique, en Europe ou en Afrique du sud dans des bonnes Universités pendant que les autres étudient dans des écoles sans pupitres surtout aux villages où les guerres ont tout détruit.

Ceux de l’opposition congolaise qui ont rejoint les rebelles du M23 ont longtemps cherché un dialogue national et inclusif avec le Président KABILA du fait que les élections de Novembre 2011 avaient connu beaucoup d’irrégularités et des contestations. Le Président KABILA ayant refusé et rejeté catégoriquement un tel dialogue, ces opposants ont maintenant préféré se rallier aux rebelles du M23 pour que ce dialogue ait lieu.

Je prends au mot le président des rebelles du M23 Mr. Jean-Marie RUNIGA RUGERERO quand il dit qu’il faut que KABILA accepte de négocier avec les rebelles du M23, l’opposition congolaise et celle de la diaspora pour que les rebelles du M23 se retirent de la ville de Goma. Voilà qu’ils ont reçu ce mandat de cette opposition qui réclamait longtemps un dialogue. Ces opposants et autres politiciens congolais sont devenus des opportunistes, ils déclenchent des guerres pour qu’ils se mettent autour d’une table pour se partager le gâteau. L’histoire est têtue, on se rappelle encore de l’accord global et inclusif signé en Décembre 2002 à Sun City en Afrique du sud qui avait débouché sur la composition d’un gouvernement d’un seul Président plus quatre vice-présidents. La RD Congo est le seul pays au monde avoir été dirigé par 1 Président de la République plus 4 vice-présidents et peut-être il n’y aura plus d’autre pays au monde qui emboîtera ce pas pour résoudre sa crise.

De sombres perspectives d'avenir

Pour les négociations en cours entre les rebelles du M23 et Kabila à Kampala,  beaucoup de gens pensent que c’est une perte inutile de temps car ces rebelles évitent de négocier directement  avec le Gouvernement mais préfèrent le faire avec Kabila pour le piéger toujours. Ils vont au-delà de leur cahier de charge en y inscrivant d’autres points comme relancer le dialogue aux autres parties comme l’opposition politique, la société  civile et l’opposition de la Diaspora. Ils y inscrivent aussi celui des éléments de FDLR et beaucoup d’autres pour bloquer le processus.

Voilà qu’il y a beaucoup de choses qui se passent dans ce pays et les congolais ont besoin des concours des autres pour faire sortir le pays du gouffre où il est tombé. Aussi, beaucoup de congolais voudraient que le Président KABILA leur informe de tous les accords secrets qu’il signe avec les rebelles. Il est le Président de la République mais le pays appartient à tous les congolais et congolaises.