Home

La dictature de la majorité politique

Mathilde Muhindo Mwamini
10 May 2009
3488603642_a13527cb82_o.jpg

Je serais venue à Antigua pour échanger avec vous sur ce thème, parce que ce sujet me concerne au plus haut point mais d'autres réalités m'y empêchent.

Lorsque je regarde ce qui se passe en Afrique, je fais de constat suivant: depuis que le vent de la démocratie a soufflé en Afrique après de longues dictatures, les élections ont été organisées dans plusieurs pays pour élire les dirigeants du peuple mais des présidents élus démocratiquement, les uns sont tués avant la fin de leur mandat, les autres s’octroient de mandat à vie et arrivent même à changer la constitution, s’il le faut, pour se maintenir au pouvoir. Et d’autres encore par intimidation ou par terreur se portent candidat unique à leur propre succession.

Ceux qui ont échoué aux élections, au lieu de s’incliner au verdict des urnes ils prennent les armes pour se maintenir ou pour exiger le partage de pouvoir avec celui qui l’a emporté.

Cette façon de faire viole la souveraineté du peuple qui, malgré les élections dites libres et démocratiques, ceux qui les dirigent s’imposent à eux par la force : c’est une dictature affichée, la souveraineté devient hypothéquée.

L’opposition qui est le contrepoids du pouvoir ne joue pas son rôle, par clientélisme ou par peur de représailles elle se laisse entraîner dans le jeu de la majorité, ceux qui résistent se transforment en opposition armée ou en rebelles pour faire face au pouvoir en place. Ceci explique le multiple conflits armés qui déchirent l'Afrique.

La plupart des dirigeants africains sont reprochés pour leur mode de gouvernance : violations de droits humains, corruption, tyrannie, enrichissement sans cause. Ayant pris le pouvoir par la force, ils s’entourent d’une classe politico-militaire pour les protéger bon gré mal gré en échange de la jouissance des richesses du pays au détriment du souverain primaire.

Dans ce pays, les conflits sociaux, armés, les rebelles, milices continuent à faire des victimes parmi la population civile. C’est le cas du nord de l’Ouganda avec le LRA, l’Est du Congo avec les FDLR, CNDP, Mbororo. Par contre la crise économique au Zimbabwe met la population dans les conditions difficiles et précaires. La liberté d’expression est loin d’être garantie; rien qu’en RD Congo nombre de journalistes et défenseurs de droits humains sont assassinés. La liberté d’expression est hypothéquée et quand bien même il y aurait quelques manifestations comme les enseignants qui réclament leur salaire, ils sont vite dispersés par les agents de l’ordre qui, paradoxalement, eux même ne sont pas payés.

Les richesses du pays ne sont pas partagées équitablement. Le chef et son entourage se taillent la part du lion et des capitaux colossaux sont transférés sur leurs comptes dans les pays du Nord. Entre temps le FMI ou la Banque mondiale continuent à octroyer des prêts qui, au lieu d’aider le pays ou la population à sortir de son extrême misère les asphyxient davantage. Les fonctionnaires ne sont pas payés ou sont mal payés (un chef de division touche 50$ équivalent en francs congolais tandis que 71, 34% de la population vit avec un demi dollar par jour), le solde des militaires ne est pas payé ou est détourné, pour survivre ces derniers s’abattent sur la pauvre population civile qui est rançonnée. D’où la corruption, le détournement des deniers publics, la mendicité des fonctionnaires de l’État.

Le pillage systématique des richesses de la RD Congo depuis le déclanchement des guerres à répétition (entraînant des milliers des morts et déplacés), au détriment de la population qui manquent des infrastructures de base : santé, éducation, route, etc. Cfr les rapports des experts des NU de 2001 sur le pillage des ressources en RDC.

Pour ce qui est du travail, le chômage est décrié à 90%. Des milliers des jeunes sans emplois sont désespérés ce qui les poussent à s’enrôler dans les groupes armés et d’autres optent pour l’immigration dans les pays du Nord où ils ne sont pas acceptés.

La chute de prix de minerais sur le marché mondial met en péril des milliers des congolais qui vivaient grâce à l’exploitation artisanale des minerais. Les agriculteurs à cause de l'enclavement, ils ne savent pas écouler leurs produits.

Au Sud Kivu, en RDC la population vit dans la psychose à cause de l’opération « Traque des FDLR » des milliers des personnes sont déplacées fuyant l’insécurité dans leur milieu. L'impunité est consacrée, les auteurs de crimes sont gratifiés.

En Afrique, entre les dictateurs et ceux qui se disent démocrates, la différence n’est pas visible. Elle est juste théorique. Des écarts entre les discours idéologiques / politique et les aspirations de la population sont démesurés .

Après les analyses, nous avons tendance à dire qu’en Afrique la Démocratie pourrait être définie comme la dictature de la majorité politique.

How can Americans fight dark money and disinformation?

Violence, corruption and cynicism threaten America's flagging democracy. Joe Biden has promised to revive it – but can his new administration stem the flow of online disinformation and shady political financing that has eroded the trust of many US voters?

Hear from leading global experts and commentators on what the new president and Congress must do to stem the flood of dark money and misinformation that is warping politics around the world.

Join us on Thursday 21 January, 5pm UK time/12pm EST.

Hear from:

Emily Bell Leonard Tow Professor of Journalism and director, Tow Center for Digital Journalism, Columbia Journalism School

Anoa Changa Journalist focusing on electoral justice, social movements and culture

Peter Geoghegan openDemocracy investigations editor and author of 'Democracy for Sale: Dark Money and Dirty Politics'

Josh Rudolph Fellow for Malign Finance at the Alliance for Securing Democracy

Chair: Mary Fitzgerald Editor-in-chief, openDemocracy 

Further speakers to be announced

Had enough of ‘alternative facts’? openDemocracy is different Join the conversation: get our weekly email

Comments

We encourage anyone to comment, please consult the oD commenting guidelines if you have any questions.
Audio available Bookmark Check Language Close Comments Download Facebook Link Email Newsletter Newsletter Play Print Share Twitter Youtube Search Instagram WhatsApp yourData